Une pâle imitation de Twitter Blue !

Facebook (et Instagram) propose une nouvelle offre payante baptisée « Meta Verified ». Après plus de 16 ans de gratuité et de financements basés sur les publicités, les utilisateurs se demandent si les avantages de cette offre valent le coût.

Après « Twitter Blue » et son abonnement mensuel à 7 $, Meta lance son offre à partir de 12 $ par mois. La question qui se pose est : « Pourquoi payer pour quelque chose qui est gratuit ? » Meta apporte des réponses, mais sont-elles convaincantes ?

Retrouvez : Pour la première fois de son histoire, Facebook a perdu des utilisateurs

Meta Verified a pour objectif principal la vérification de l’identité des utilisateurs. Pour ce faire, ces derniers devront envoyer une copie de leur carte d’identité à Facebook et Instagram afin de s’authentifier.

Une fois cette vérification d’identité effectuée, les abonnés bénéficieront d’un suivi renforcé de leur compte pour prévenir les éventuelles usurpations et pourront contacter directement le service client en cas de problème.

La sécurité est donc la priorité de cette offre, mais Meta ne s’arrête pas là. En payant l’offre Meta Verified, les abonnés verront leurs messages, photos et vidéos davantage mis en avant par rapport aux autres contenus.

À lire L’inquiétude de l’Europe face à la modération envisagée par Elon Musk sur Twitter

Tiens tiens tiens, mais qui se cachait derrière l’offre Meta Verified ?

Pour le moment, cet abonnement n’est disponible que pour les personnes âgées de plus de 18 ans et il est réservé aux particuliers, excluant les entreprises. Son objectif initial est de répondre aux attentes des influenceurs qui ont ressenti une diminution de leur visibilité.

Le groupe de Mark Zuckerberg ne souhaite pas faire payer tout le monde pour son abonnement, mais seulement ceux qui en tireront un intérêt réel. De plus, le prix de cette offre varie en fonction de l’appareil utilisé. Sur la version web, l’abonnement coûte 11,99 $, tandis que sur l’application smartphone, il faudra débourser 14,99 $.

Meta Verified sera d’abord testé en Australie et en Nouvelle-Zélande avant d’être disponible aux États-Unis et éventuellement dans le reste du monde.

Retrouvez aussi : Twitter, pourquoi le nouvel onglet « abonnement » est une fausse bonne idée ?

Un abonnement qui suscite des interrogations

Cependant, certaines fonctionnalités payantes soulèvent des questions. Il est compréhensible de payer pour bénéficier d’une meilleure exposition et d’un service client dédié, mais il semble étrange que la sécurité ne soit pas offerte à tous. Selon Carolina Milanesi, analyste de Creative Strategies, cette offre manque de cohérence en expliquant que « la sécurité devrait s’appliquer à tous ».

Facebook et Instagram rejoignent ainsi la liste des réseaux sociaux proposant une offre payante, ce qui leur permet de diversifier leurs revenus et de compenser les pertes subies ces dernières années.

L’état financier des réseaux sociaux à l’heure actuelle

« À mon avis, Meta veut surtout diversifier ses sources de revenus. Twitter s’est lancé et les autres se disent, on va essayer aussi… L’argument d’attirer les créateurs de contenus relève plus du marketing que d’une vraie création de valeur »

Carolina Milanesi

pixdiscount.fr - Trouver tout sur les promotions du jours est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :